Les actualités déprimantes sont inévitables. Vous ne pouvez pas allumer la télé sans recevoir un coup à l’estomac – même si vous n’êtes pas spécialement concerné et ne possédez pas d’actions au CAC40. Combien de gens perdent le sommeil à cause de l’état de l’économie, l’état désastreux de notre société, de notre pays, la France ? 🙂

Ça ne me surprendrait pas d’apprendre qu’une étude nous révèle que les prescriptions de somnifères augmentent pendant que les cours de la bourse déclinent par exemple, au moins de manière temporaire.

La crise et le sommeil

C’est la crise, on vous dit !

Environ une personne sur cinq consomme des aides au sommeil non narcotiques actuellement.

Il s’agit généralement d’une consommation occasionnelle.

Mais je parie que les gens qui n’arrivent pas à gérer leur stress à cause des (mauvaises) nouvelles constantes livrées chaque minute par les médias en consomment quotidiennement !

Il n’existe aucune étude à ma connaissance sur le sujet. C’est juste une petite conviction 😉

 

Ne vous y trompez pas : je ne suis pas un ardent détracteur des aides au sommeil, notamment quand les circonstances le nécessitent, c’est à dire… rarement.

J’y suis complètement opposé cependant, sur la base de leurs effets à long terme quand elles sont utilisées fréquemment.

J’ai été dépendant de ces saloperies et je ne le souhaite pas à mon pire ennemi.

 

Pour en revenir au sujet, on tombe vite dans la psychose quand on traite l’actualité dans nos médias.

Pour prendre un exemple récent et rester dans le thème du blog, la semaine dernière, j’ai lu un rapport sur de multiples études qui montrent un lien entre l’usage de somnifères sur prescription et le cancer de la peau.

Les médias se contentent de gros titres, de reportages ou d’articles remplis de suppositions mais oublient toujours de préciser l’essentiel :

 

Il n’y a aucune raison de paniquer. 

 

Dans ce rapport, le lien de cause à effet n’a pas été prouvé entre les somnifères et le cancer de la peau. C’est simplement un rapport qui ouvre seulement la porte pour plus de recherches et de récoltes de données.

J’ai des dizaines d’autres exemples sur des dizaines de sujets d’actualité mais si je commence, j’en ai pour la nuit. Et la nuit, maintenant, je dors 😉

 

Il est important de rappeler cependant que les somnifères n’aident pas à guérir les personnes atteintes d’insomnie chronique primaire. Bien au contraire.

Et puis, étant donné le volume de troubles du sommeil liés à de véritables maladies aujourd’hui, j’adorerais voir plus de gens essayer d’étouffer dans l’œuf naturellement leurs problèmes de sommeil avant de recourir à l’usage complètement inapproprié de somnifères.

 

Et cela commence par éteindre votre télé. AUJOURD’HUI !

 

Comment ? Éteindre la télé ? Et pourquoi pas le smartphone, la tablette, l’ordinateur, la radio pendant que tu y es ?

 

Oui, j’y suis, éteignez-tout 🙂

 

Ça peut sembler évident, mais ça vaut le coup de le rappeler :

  • Éteignez les informations et évitez de lire toutes formes de media au moins deux heures avant d’aller vous coucher.
  • Avant d’aller vous coucher, faites quelque chose qui sort de l’ordinaire et qui vous libère de votre stress quotidien, comme prendre un bain chaud, se faire faire un massage suédois, faire une séance de yoga, ou sortir pour une petite balade à pied.
  • Evitez les conversations animées à propos des affaires du monde au diner ! Le diner est un moment de détente.
  • Voyez si vous pouvez tenir une journée – ou même trois jours si vous y arrivez – pendant laquelle vous évitez toutes sources d’informations et de média. Faites semblant d’être sur une île déserte où vous n’avez pas accès à internet, ni à aucun journal, ni à BFM ou Itélé.

 

Le stress est inévitable, et en de nombreuses manières, une fatalité.

Mais il est GERABLE si vous y faites attention.

Un signe qui montre que vous n’arrivez peut-être pas à gérer votre stress est si vous passez plus de deux semaines à utiliser une aide pour le sommeil toutes les nuits.

Si c’est le cas, alors c’est sans doute le moment de vous arrêter et d’examiner pourquoi vous n’êtes pas capable d’avoir une bonne nuit de sommeil naturellement.

 

Pensez-y de cette manière :

L’actualité sera toujours là, peu importe ce que vous faites, que vous la suiviez ou non.

La volonté d’aller de l’avant, elle, ne sera pas forcément au rendez-vous.

Je privilégierai toujours la seconde à la première… tous les jours.