L’insomnie chronique survient quand les troubles du sommeil apparaissent régulièrement depuis plusieurs mois (au moins 3 fois par semaine). Les conséquences sur l’état de forme le lendemain sont très fâcheuses. Mais savez-vous vraiment ce qu’est l’insomnie chronique ? En souffrez-vous vraiment ?

insomnie chronique

insomnie chronique

Oui, il est légitime de vous poser la question parce qu’on peut tous passer une mauvaise nuit :

  • après avoir mal digéré un repas gras ou trop consistant
  • suite à une mauvaise (ou très bonne !) nouvelle
  • parce qu’on a un rendez-vous important le lendemain
  • parce qu’on ressent des courbatures causées par une séance de sport trop intensive la veille
  • parce qu’on a mal à une dent ou n’importe où, etc..

Il existes des dizaines de raisons de mal dormir 😉

Lorsqu’on dort mal une nuit, il y a toujours une raison.

Cette raison relance les mécanismes de l’éveil alors qu’il faut évidemment les désactiver pour s’endormir.

Nous subissons tous ce genre d’insomnie. Cela ne fait pas de nous des insomniaques pour autant.

 

Qu’est-ce que l’insomnie chronique alors ?

Nous devenons insomniaques lorsque ces mécanismes de l’éveil ne se désactivent pas au profit des mécanismes du sommeil alors qu’il ne semble pas y avoir de cause réelle (en apparence) pouvant l’expliquer.

L’insomnie devient chronique lorsque la répétition de ces mauvais mécanismes devient trop régulière et sans cause apparente.

 

 

Pourtant je le répète : lorsqu’on dort mal une (ou plusieurs) nuit(s), il y a toujours une cause.

Les causes d’une insomnie chronique peuvent être multiples

  • Les causes de l’insomnie chronique peuvent être d’ordre psychologique (stress, déprime) mais l’anxiété et la dépression peuvent être aussi la conséquence (et non la cause) de l’insomnie (notamment dans le cas d’une insomnie psychophysiologique).
  • Le mode de vie, l’environnement et les habitudes jouent un rôle très important.
  • Enfin, il existe des maladies comme le syndrome des jambes sans repos ou le syndrome d’apnées du sommeil qui entrainent des insomnies chroniques mais pour lesquelles je n’apporterai aucune solution sur ce site. Je ne suis pas médecin.

 

Sur ce blog, je parle surtout de l’insomnie chronique comportementale (psychophysiologique), la forme la plus fréquente des insomnies chroniques.

Cette insomnie est surtout liée à nos mauvaises habitudes et à notre mauvaise compréhension des mécanismes du sommeil.

Bref, il s’agit de l’insomnie dont il est le plus probable que vous souffriez.

Une insomnie liée à de mauvaises habitudes, une mauvaise compréhension de votre sommeil qui peut certes être exacerbée et entretenue par un état d’anxiété ou de déprime mais qui n’est pas, à l’origine, provoquée par cet état.

Si vous ne pensez pas souffrir de ce type d’insomnie chronique, parlez-en à votre médecin.

parlez-en à votre médecin

parlez-en à votre médecin

 

 

Sur ce blog, je ne parle essentiellement que des insomnies chroniques primaires donc.

Les insomnies pour lesquelles la dépression ou d’autres maladies peuvent être une conséquence mais certainement pas une cause.

Dans le cas d’une insomnie secondaire pour laquelle la dépression serait donc la cause, un médecin ou un psychologue sera 100 fois plus compétent que moi.

Par dépression, je n’entends donc pas la « déprime », le « coup de blues » ou le « cafard » dont on peut évidemment se débarrasser sans l’aide d’un médecin ou d’un thérapeute. La dépression, elle, est une maladie grave.

 

Ces insomnies chroniques psychophysiologiques ne sont pas des maladies.

Rassurez-vous, vous n’êtes donc pas malade parce que vous êtes insomniaque.

Mais ces insomnies chroniques peuvent à moyen terme provoquer l’état dépressif (et non pas l’inverse).

 

Je peux être amené à parler d’anxiété ou de dépression donc mais uniquement parce que ce sont des sujets qui me touchent et parce que ces insomnies primaires peuvent provoquer ces troubles ou ces maladies.

 

Près d’un tiers de la population souffre d’insomnie chronique comportementale psychophysiologique et dans 20% des cas, cette insomnie entraîne la dépression.

Elle entraîne donc souvent une consommation complètement injustifiées de somnifères, d’antidépresseurs et d’anxiolytiques.

  • Les somnifères (hypnotiques) dégradent la qualité du sommeil.
  • Les antidépresseurs (dont l’efficacité n’est pas supérieure au placébo) s’attaquent aux symptômes de l’insomnie psychophysiologique mais ne la traite pas.
  • Quant aux anxiolytiques, même s’ils dégradent un peu moins la qualité du sommeil que les hypnotiques, ils sont juste une béquille dont on devient très rapidement dépendant.

 

Souffrez vous d’insomnie chronique ?


Comme je le disais en introduction, vous pouvez considérez que vous souffrez d’insomnie chronique lorsque pendant plusieurs mois et au minimum 3 fois par semaine, vous vous plaignez de votre sommeil parce que : 

– Vous avez des difficultés pour vous endormir

– Vous vous réveillez plusieurs fois dans la nuit

– Vous vous réveillez trop tôt

– Vous avez la sensation que votre sommeil n’est pas réparateur

 

Vous vous plaignez de votre sommeil alors que vous ne ressentez pas de douleurs, vous n’avez pas de souci majeur (hormis celui de vouloir bien dormir), votre chambre est plutôt confortable, etc..

L’insomnie chronique entraîne une baisse sensible de votre efficacité dans la journée.

Le retentissement sur la qualité de vos journées se fait obligatoirement sentir : vous êtes fatigué, stressé, irritable, vous avez des troubles de la mémoire et/ou de la concentration, etc..

 

Bienvenue au club 😉 Ce blog est le vôtre.

Enfin personnellement je suis soigné (bien qu’en simple rémission je pense 😉 ) mais laissez un commentaire si vous pensez souffrir d’insomnie chronique et que vous souhaitez que j’apporte quelques précisions à cet ébauche d’article.

« Ah, tu nous quittes comme ça, sans apporter de solutions ? » 🙂

En fait, je vous recommande mon dernier article : sommeil réparateur, les 3 règles élémentaires pour l’obtenir.

Vous allez découvrir en appliquant ces 3 règles comment votre sommeil fonctionne et c’est vraiment l’étape la plus importante pour traiter l’insomnie chronique.