Troubles du sommeil

sieste

Attention siestes danger !

0

15 siesteurs pris en flagrant délit de péché de dormance outrancière en journée

Pourquoi pas de sieste (quand on souffre d’insomnie) ? (suite…)

Lequel des 3 vient en premier ?

L’insomnie, l’anxiété, la dépression : Laquelle se produit en premier ?

1

Au cours de la lecture d’un magazine en ligne sur le sommeil (en anglais) «  Sleep Review magazine  », j’ai lu une ancienne étude, concluant que l’insomnie chronique peut augmenter le risque de développer des troubles de l’anxiété et de la dépression (cela a déjà bien été couvert par les médias traditionnels). Ces résultats ne sont pas une surprise.

Mais ce qui est intéressant dans cette nouvelle étude est qu’elle avait essayé de déchiffrer ce qui se produit en fait en premier, l’insomnie ou l’anxiété et la dépression.

C’est l’histoire de la poule et de l’œuf, une question beaucoup plus difficile. (suite…)

gros lit

Votre chambre vous fait-elle grossir ? 5 conseils pour une chambre amincissante

2

La qualité et la quantité de votre sommeil peuvent affecter votre capacité à perdre du poids et à rester en bonne santé. Et il y a beaucoup de choses qui influent sur votre sommeil. Mais avez-vous déjà pensé à votre chambre à coucher ?

Laissez-moi vous donner un exemple.

Si vous écoutez votre station de radio préférée pendant que vous cuisinez et que vous avez tout l’équipement et tous les ingrédients nécessaires – que se passe-t-il ? (suite…)

insomnie chronique

Insomnie chronique : en souffrez-vous ?

6

L’insomnie chronique survient quand les troubles du sommeil apparaissent régulièrement depuis plusieurs mois (au moins 3 fois par semaine). Les conséquences sur l’état de forme le lendemain sont très fâcheuses. Mais savez-vous vraiment ce qu’est l’insomnie chronique ? En souffrez-vous vraiment ? (suite…)

mauvais sommeil

Mauvais sommeil : les conséquences sur votre santé et votre vie quotidienne

0

Est-ce que notre mauvais sommeil est le fait d’une tendance ? La tendance à réduire notre temps de sommeil réparateur parce que nous sommes rongés par le stress ? Parce que nous manquons parfois de temps pour travailler davantage, pour les loisirs, etc.

Une chose est certaines : nous dormons une heure de moins par nuit qu’il y a 30 ans ! 

Quelles sont les conséquences d’un mauvais sommeil ou d’un sommeil raccourci ?

mauvais sommeil

mauvais sommeil

 

Un sommeil de longue durée n’est par forcément un sommeil de qualité mais toutefois…

Bien des gens pensent que le sommeil n’est qu’une perte de temps « nécessaire ». Leur sommeil ne tient pas une place importante dans leur vie.

Ces sujets ne sont donc pas insomniaques, on pourrait presque les envier.

 

Sauf qu’un important institut du sommeil a révélé que le sommeil est tout aussi important pour notre corps que la nourriture, l’air que l’on respire, etc.

Beaucoup de gens ne se préoccupe pas assez du fait de ne pas dormir assez.

 

Un mauvais sommeil ou un sommeil réduit pendant une trop longue période (2 à 3 mois) augmente le stress et ne contribue pas à l’organisme de récupérer suffisamment.

(Même si paradoxalement, un mauvais sommeil doit généralement être traité en en réduisant sa durée pendant quelques semaines chez les sujets insomniaques dans le cadre d’une RTPL).

 

Mal dormir ou conduire, il faut choisir

L’impact d’une nuit blanche ou d’une semaine à ne dormir que 3 ou 4 heures par nuit équivaut, en terme de vigilance au volant, à avoir un taux d’alcool dans le sang supérieur à celui autorisé !

Et pourtant, les personnes qui se privent de sommeil pour travailler par exemple sont respectées, voire encensées dans notre société.

Au détriment de leur santé, de leur vie et de celle des autres…

 

Un mauvais sommeil entraine de sévères conséquences sur la santé et la vie quotidienne :

Nous sommes moins efficaces évidemment mais nous sommes surtout menacés par de nombreux risques de maladie.

Et c’est sans compter sur les accidents provoqués par la somnolence diurne.

Mauvais sommeil et santé

  • Les maladies cardio-vasculaires, les AVC, l’hypertension et la dépression sont les principales conséquences à long terme du mauvais sommeil.
  • Le système immunitaire des gens qui dorment peu ou mal est affaibli et résiste moins bien aux virus et bactéries diverses.
  • Le diabète et l’obésité sont des conséquences moins connues du mauvais sommeil mais l’envie de manger davantage d’aliments caloriques augmentent lorsque l’on dort peu.

Mauvais sommeil et vie quotidienne

  • Nous créons beaucoup moins d’interaction avec les gens quand on dort mal.
  • Nous cassons les liens qui nous unissent à notre entourage à cause d’une humeur irritable.
  • Le mauvais sommeil engendre des difficultés au travail : peu d’initiatives, capacités de concentration et de mémorisation diminuées, voire quasi-nulles.
  • Il est rarement pointé du doigt mais le mauvais sommeil est la cause d’une grande partie des graves accidents (que ce soit sur la route ou au travail).

 

Le mauvais sommeil ou le manque de sommeil (sauf s’il s’inscrit dans le cadre d’une RTPL) est donc source de graves problèmes s’il devient une habitude et que l’on n’y prête pas plus attention que ça.

Je pense que la place que prend le besoin accru de performance au travail est trop importante.

Ce besoin qui nous est imposé par la société qui voue un culte aux travailleurs acharnés est, selon moi, l’une des principale cause du mauvais sommeil.

Ménagez-vous !

comment mieux dormir

Comment mieux dormir : 3 types d’insomnie

0

Comment mieux domir pour ne pas se réveiller la tête dans les vapes ? Comment parvenir à s’endormir facilement ? Comment éviter les réveils pendant la nuit ? L’insomnie est obsédante et se présente sous différentes formes. Comme je le répète assez souvent, oubliez les médicaments, il faut que vous réappreniez à dormir…

comment mieux dormir

comment mieux dormir

Il est intéressant d’observer que vous n’êtes pas le seul concerné par ce problème. 20% de la population souffre de problèmes importants de sommeil. Intéressant d’observer également que nous sommes les seuls êtres vivants concernés par ce problème, les animaux n’en sont pas affligés.

Notre cerveau a la particularité de pouvoir retarder le sommeil, de nous maintenir éveillé, même la nuit alors que nous sommes des animaux diurnes.

Cette aptitude nous permet de réagir en cas d’impératifs urgents et elle sait se retourner contre nous en nous empêchant de dormir même en l’absence de nécessité.

Nous avons tous une horloge biologique interne (veille/sommeil) qu’il est très facile de désynchroniser. Parfois, l’ampleur de cette désynchronisation est telle que l’heure de l’endormissement devient impossible avant le petit matin.

 

Mais même les personnes qui dorment la nuit peuvent souffrir d’insomnie.

Comme le sommeil est ponctué de micro-réveils à la fin de chaque cycle (1h30 environ), certaines personnes ont parfois la sensation de ne pas avoir fermé l’oeil de la nuit et se sentent totalement épuisés au réveil. La sensation de ne pas avoir dormir est mal interprétée mais la fatigue au réveil est bien réelle.

Et il existe bien d’autres types d’insomnie…

En fait il en existe principalement 3 :

  1. l’insomnie d’endormissement
  2. l’insomnie du petit matin
  3. les réveils trop fréquents

Comment mieux dormir selon son insomnie ?

  • l’endormissement se fait attendre pendant des heures : vous êtes fatigué, vous vous couchez et… vous n’avez pas ou plus sommeil : Vous vous énervez et pensez à la journée calamiteuse que vous allez passer.

Les thérapies comportementales et cognitives sont très efficaces pour ce type d’insomnie. Cette insomnie est celle des hyperanxieux.

Oui, un anxiolytique peut également aider de temps en temps mais une TCC permettra de moduler cette anxiété dans la durée !

Ne tombez pas dans l’engrenage des médocs, s’il vous plaît !

 

  • Vous vous réveillez à 4 h 30 tous les matins sans pouvoir vous rendormir. Vous êtes angoissé et ne vous sentez pas capable de faire quoi que ce soit (lire, travailler, faire le ménage, etc.). Vous vous levez démotivé, irritable et intolérant.

Ce type d’insomnie est souvent le signe d’une dépression. Il faut donc la traiter en en parlant à un professionnel (médecin généraliste et surtout psychothérapeute).

 

  • Vos nuits sont ponctuées de réveils multiples.

On pourrait classer ce type d’insomnie en plusieurs catégories tant les causes peuvent être aussi multiples que les réveils 😉

Il peut s’agir d’une forte anxiété qui nous tient éveillé. Dans ce cas, les thérapies et traitements des deux précédents types d’insomnie sont totalement appropriés.

Ce type d’insomnie peut être induite par l’angoisse du « lâcher-prise », la peur du sommeil qui est l’une des conséquences de l’aptitude que notre cerveau a de pouvoir fuir le sommeil contrairement au cerveau des animaux : la thérapie comportementale et cognitive s’impose 😉

Mais souvent, ce sont de mauvaises habitudes qui conduisent notre cerveau a diminuer la durée des phases de sommeil profond. Je parlerai prochainement des thérapies qui permettent de retrouver ce sommeil réparateur dans un autre article si cette insomnie vous concerne :

Faites-le moi savoir dans les commentaires !

 

Il n’y a en fait aucune définition scientifique de l’insomnie car l’insomnie n’est pas une maladie (elle peut en être parfois être la conséquence).

L’insomnie est surtout un sentiment : celui de ne pas dormir assez ou de ne pas avoir un sommeil suffisamment réparateur pour affronter parfaitement la journée.

Il s’agit bien d’un sentiment, d’une sensation et non d’une maladie car certaines personnes ne dorment que quelques heures et/ou se réveillent dans la nuit et ne se plaignent pas d’être fatiguées. Ces personnes ont ce qu’on appelle … « du bol » 😉

Bonne journée ou bonne nuit ;).

Haut de page