Il n’y a pas de médicament anti-stress idéal pour bien dormir ou vaincre le stress la journée et tous les médicaments ont des inconvénients lorsqu’ils sont utilisés sur de longues périodes.

Anti-stress : les médicaments anxiolytiques

Les benzodiazépines et les hypnotiques sont les produits les plus prescrits. Viennent ensuite les anti-histaminiques, simple ou en association. Chaque personne réagit différemment à tel ou tel produit, et il est impossible sans avoir essayé de savoir quel médicament sera efficace et confortable pour telle ou telle personne.

anti-stress medicament

anti-stress medicament

Les anxiolytiques sont efficaces pour dormir mais il faut à tout prix éviter la dépendance. C’est pourquoi il faut en limiter l’usage dans le temps, soit sur une courte période de deux semaines, soit ponctuellement 2 fois par semaine en fonction des moments repérés comme favorisant l’insomnie (par exemple l’insomnie du dimanche soir, ou celle qui précède ou suit une journée riche en stress…).

Les indications de choix sont uniquement les insomnies occasionnelles ou transitoires, mais ce ne sont pas celles-ci qui posent problèmes.

Ce sont les insomnies chroniques psychophysiologiques, celles qui durent des mois, parfois des années pour lesquelles la question de leur utilisation se pose et la réponse, c’est que l’utilisation de ces médicaments anxiolytiques est contre-productive car ces médicaments anti-stress dégradent la qualité de l’éveil durant la journée à cause de leurs effets résiduels.

La qualité de l’éveil est quelque chose de primordiale pour avoir une bonne pression de sommeil en fin de soirée.

On peut identifier plusieurs circonstances où le somnifère et la benzodiazépine a un intérêt. Ce sont les situations d’urgence ou lorsque la situation de vie est particulièrement intolérable, c’est à dire lorsque l’anxiété devient trop importante. L’anxiété est par ses mécanismes un équivalent d’éveil. Tant que l’anxiété est présente, on ne peut donc pas dormir.

Mais l’anxiété peut aussi s’intégrer dans un contexte pathologique particulier : personnalité phobique, borderline, psychotique, ou bien une dépression anxieuse et agitée.

Nous ne sommes plus alors dans le cadre d’une insomnie simple mais dans celui d’une insomnie psychiatrique. En cas d’angoisses massives déstructurantes, d’autres produits comme les neuroleptiques sédatifs ont un intérêt.

 

Anti-stress : les autres médicaments utilisés

Les antidépresseurs seraient également anti-stress mais ils permettent surtout de lutter contre l’anxiété généralisé et sont efficaces dans certains cas d’insomnie.

Les doses efficaces seraient bien moindres que celles utilisées dans la dépression, il faut que vous en parliez à votre médecin mais ils sont de plus en plus prescrits dans cette indication car ils diminueraient la latence du sommeil et augmenteraient sa continuité ainsi que sa profondeur. Et un bon sommeil la nuit diminue le stress en journée.

Ils peuvent aussi avoir des inconvénients, surtout en début de traitement en entraînant une somnolence diurne pendant quelques jours ou quelques semaines.

La mélatonine n’a pas d’intérêt pour lutter contre le stress, elle n’en a que dans les cas d’insomnie avec syndrome de retard de phase (troubles du rythme circadien) ou chez les personnes âgées.

Pour ce qui est de la phytothérapie, seule la valériane a montré une efficacité modérée sur la continuité du sommeil et sa profondeur. En ce qui concerne le concerne le stress, certaines infusions permettent de le diminuer dans le cadre d’un rituel de routine de sommeil.